vendredi 30 octobre 2009

Jon Stewart: Anna Baltzer & Mustafa Barghouti

jon stewart, i love you. this interview aired on wednesday, october 28, 2009, and was almost cancelled due to opposition. the show had its first heckler in its history. go, jon.


The Daily Show With Jon StewartMon - Thurs 11p / 10c
Exclusive - Anna Baltzer & Mustafa Barghouti Extended Interview Pt. 1
www.thedailyshow.com
Daily Show
Full Episodes
Political HumorHealth Care Crisis

jeudi 29 octobre 2009

Charlotte Etc - Couru d'avance


j'ai vu charlotte etc. dans un très bon concert de chanson française à la sorbonne le 20 octobre 2009, avec jean fauque, nesles et lizzy ling. elle était incroyable avec sa trop jolie voix, ses textes et musique profondes, et en jouant multiple instruments. à ne pas manquer si vous avez l'occasion à voir...

je me souviens de paris


"look at the eiffel tower," said my friend jean-paul, and i took this shot at magic hour

paris, c'est trop

trop grand
trop urgent
trop trop trop
chaud dans le métro
je monte ses escaliers
sans souvenir d'un temps
il y a deux ans environ
j'étais habitante
j'avais un joli petit
appart au 15ème

et dans lequel j'ai souffert
pendant les moments de maladie
si graves, si débilitants
que je ne sortais pas
d'une semaine à l'autre
sauf que j'avais besoin de
nourriture, mais avant de sortir
une douche pour laver
les cheveux si sales
ils avaient une mauvaise odeur
et j'avais honte tout le temps
et je me suis cachée
sous un écharpe et
des lunettes miroirs

j'avais oublié comment
paris est la belle dame
sans merci
mais je me rapelle de tout
moi en contresens dans ses rues
les ratés des rendez-vous
mon retard aux concerts
les nuits douleureuses
où je suis restée chez moi
même si le billet m'avait couté cher
et j'avais attendu quatre mois
pour voir la pièce de théatre

maintenant je comprends
que j'avais un rétrovirus
et jusqu'à ce jour
il me frappe encore
oui, tout va changer
où que j'aille, quand
et avec qui
combien j'ai besoin de gens
qui veuillent me comprendre
et je dois tout recommencer
en laissant derrière la pire maladie
de tout
, qui est la honte

paris: un héron à 1h du matin


j'ai eu une très belle rencontre à paris en rentrant chez mon ami alain: un héron qui pêche au bord du quai de jenmapes dans le marais. alain m'a dit qu'il n'avait jamais vu ça. et l'oiseau est resté avec moi une longue demie-heure, sans s'échapper, sans voler... nous avons beaucoup de hérons chez nous en oregon, mais en trouver un à paris, à 1h du matin? un vrai cadeau dans la ville que je préfére au monde...










mardi 27 octobre 2009

Haut Spectacle en Haute Provence




Un partage, un miracle, des sentiments profonds profonds... cet homme/clown/acrobate a commencé sur les hauteurs de la cathédrale, dansé sur les façades, traversé la place du village dans l'air, et puis, des hauteurs de la mairie/cinéma, il est descendu parmi nous. Tout ça pour célébrer la restauration de leur cathédrale à Forcalquier (Haute Provence). Après, nous avons bu des cocktails, jus de pêche avec fruit et de la vodka, et mangé une soupe à l'oignon et aux legumes, cuisinée dans un énorme chaudron. Trop sympa, n'est-ce pas? :>>>))))

Une sélection de photos et de vidéo.

A sharing, a miracle, deep, deep feelings... this man/clown/acrobat started out on the heights of the cathedral, danced on its facades, crossed the village square in the air, and then, from the heights of the town hall, he descended among us. All this to celebrate the restoration of their cathedral in Forcalquier (Upper Provence). Afterwards, we drank cocktails, peach juice with fruit and vodka, and ate onion and vegetable soup, cooked in a huge cauldron. Too wonderful, yes? :>>>))))

A selection of photos and video.





video

video





video





vendredi 23 octobre 2009

Le Secret Des Banquises - Alain Bashung

another GREAT clip de hopi47 sur youtube de son artiste préféré du monde! merci beaucoup.


samedi 17 octobre 2009

alone, pas peur


there are rare times
in which loneliness is everything
in which solitude becomes
a guide to inner life
silent and lip biting
slow as aged honey
and almost as sweet

moments of self-pity
so deep one winces
silencieux en face des gens
et aucune volonté de les déranger
il ne faut pas les saluer
ou commencer la conversation
car il n'y a pas de mots
pas de lumière non plus

on est seule
seule dans le vortex
qui mène ou à la mort
ou à la vie

jeudi 15 octobre 2009

Brigitte Fontaine - "Prohibition"



Brigitte Fontaine "Prohibition"
envoyé par raph66. - Regardez d'autres vidéos de musique.


merci à georges pour m'avoir parlé de cet incroyable disque!

il n'y avait personne


Ce matin dans l'autobus

de vauvenargues à aix
j'ai eu une de ces bouffées de chaleur
célèbres chez les vieilles femmes
mais chez moi la fibromyalgie
qui s'aggrave petit à petit
jusqu'à ce que je veuille mourir
et tout de suite, please!
me débarrassant de mes vêtements
les chaussettes, le tricot, le chapeau
aussi vite que possible
avec un mal au coeur terrible
pendant que le conducteur
me regardait dans son miroir
et j'ai prié:
dieu, prends-moi
je suis prête
car je n'en peux plus de ça

mais heureusement
personne n'était là pour m'entendre

plus tard, sur une belle terrasse
qui s'appelle "la belle époque"
plantée derrière un arbre
pour mieux me détendre
je me sentais trop bien
devant un grand cocktail rose
plus grand que ma tête
qu'il me fallait les deux mains
"le diva", embelli des fruits
de la saison, des fraises, des oranges
et des tranches de citron
j'ai bu toute cette merveille
qui m'a couté cher
mais j'avais déjà payé, non?
ce corps pourri
la douleur constante 24 sur 24
un rétrovirus cherché
mais encore peu connu

et j'ai prié:
dieu, laisse-moi vivre
et rester comme ça
aussi longtemps que possible

mais heureusement
il n'y avait personne
heureusement
il n'y avait personne
car

entre le désespoir et le bonheur
il y a cette vie dure
qui va et vient
qui fait du bruit
rien d'important
rien de bouleversant
juste les bus, ce corps
un cocktail et les mots
que je lache dans l'air

mercredi 14 octobre 2009

Le Mistral est venu sur Vauvenargues

The Mistral is the famous wind of Provence. To me, it is like an amazing character that has descended upon us, to tease and torment us. I'd love to write a prose poem about it, a narrative, and turn the Mistral into a great "personnnage". Il souffle... et tout doit danser!



video

lundi 12 octobre 2009

Interactif: 1st Anniversary for Moineau en France!























Another year dawns for Moineau en France!

I am so proud and joyous to announce that today, October 12, 2009, marks the first anniversary of the poetry blog Moineau en France. And what a year it has been! :>>)))


How about a little poetic interactivity in order to celebrate this milestone? If you can manage it, I would love it if you would post a little something, a few words perhaps, to inspire each other and keep Moineau afloat! I'm suggesting a little quatrain, a verse, four lines, either formal and rhyming or absolutely free of any convention, whatever you feel moved to write. Here's an example:

i stopped by this blog the other day
on my way to buy a new Chevrolet
but I found I no longer needed that boat
and decided instead to travel Moineau

Ou en français:

Pourquoi pas commencer un blog
pour partager, pour créer quelque chose?
Je suis prêt à suivre le chemin
qui mène jusqu'à Moineau en France!

Silly, I know... but I leave it to you to make it real; whatever you want to say. :>>)) For those who do not speak french, it's easy to leave a comment. Click on "Commentaires" or "Envoyer un commentaire" in order to get to the comment screen. If you have a gmail account, you can use it to sign in. If you don't, you don't need one; it's easy to sign up with your own email address. And if you've forgotten your password, just click on "forgot password" or "j'ai oublié mon mot de passe" and Blogger will send it express to your inbox.

Allez-y, mes amis! Au travail! :>>)))


A little bit more about this year on Moineau en France:

This has been a life-changing year for me on every level: physical, intellectual, emotional and spiritual. I have written over 100 new poems which I am sharing via this extraordinary vehicle, as well as music, art and photography (my own and others). I have also shared with you some very personal experiences this year, including the deaths of many close friends and loved ones. My eyes are more open today to the fraility and temporality of this life, and I am savoring every moment in honor of all the lives that have come before me and that travel with me now.

I added an international counter to my blog several months ago which shows the city and country of each "hit" that Moineau en France receives. Everyday, I see visitors from all over the world, on average 12, from France, Germany, India, Belgium, Switzerland, Canada, the United States, Tunisia, Morocco, Iraq, China, Korea, Brazil, Chile, just to name a few. :>>)) What is most satisfying is to see return visitors, those that come again and again to experience momentarily this amazing life through the eyes and ears of Moineau. I am grateful for each one who stops on his or her own busy and important journey, who takes the time to read my little episodes and share my joy and my pain.

And to my mystery reader in Hood River, Oregon, whoever you are, I thank you for your daily attendance. You inspire me to keep posting new work, to find things that you will love, that will move you. Thank you from the very bottom of my heart!

Sincerely yours, ~Laura Tattoo, aka Petit Moineau (et oui! en France) xoxox


Bless Him


this cell

with light
bright as sun
sun bright but
dark night
because of hood
because they leave me
naked cold
to die or
break
like animal

and i broke now
howl like
american coyote
i read in book
but crueler still
than anything i see
in movie
and why this hate
everyday on their face
and why here
chained to this floor
like dog
to urinate
to defecate
cry like baby

such shame
to die in such place
worse than animal
i said to them
worse than dead
and they laugh
and ask same
every day same
i tell them
yes i am terror yes
i am worst nightmare
and if they
let me out
i prove it

dimanche 11 octobre 2009

Putain... j'ai une "vraie" maladie

As my best friend Maureen, who also suffers terribly with me-cfs, said, "What is surprising is not the discovery but the coverage it's getting." / Comme ma meilleure amie Maureen, qui souffre aussi peniblement de sfc-me que moi, a dit, "Ce qui est suprenant n'est pas la découverte mais sa couverture par les journaux."

Les articles en anglais (New York Times) et en français (Le Monde).


October 9, 2009

NY Time: Virus Is Found in Many With Chronic Fatigue Syndrome

Many people with chronic fatigue syndrome are infected with a little known virus that may cause or at least contribute to their illness, researchers are reporting.

The syndrome, which causes prolonged and severe fatigue, body aches and other symptoms, has long been a mystery ailment, and patients have sometimes been suspected of malingering or having psychiatric problems rather than genuine physical ones. Worldwide, 17 million people have the syndrome, including at least one million Americans.

An article published online Thursday in the journal Science reports that 68 of 101 patients with the syndrome, or 67 percent, were infected with an infectious virus, xenotropic murine leukemia virus-related virus, or XMRV. By contrast, only 3.7 percent of 218 healthy people were infected. Continuing work after the paper was published has found the virus in nearly 98 percent of about 300 patients with the syndrome, said Dr. Judy A. Mikovits, the lead author of the paper.

XMRV is a retrovirus, a member of the same family of viruses as the AIDS virus. These viruses carry their genetic information in RNA rather than DNA, and they insert themselves into their hosts’ genetic material and stay for life.

Dr. Mikovits and other scientists cautioned that they had not yet proved that the virus causes the syndrome. In theory, people with the syndrome may have some other, underlying health problem that makes them prone to being infected by the virus, which could be just a bystander. More studies are needed to explain the connection.

But Dr. Mikovits said she thought the virus would turn out to be the cause, not just of chronic fatigue, but of other illnesses as well. Previous studies have found it in cells taken from prostate cancers.

“I think this establishes what had always been considered a psychiatric disease as an infectious disease,” said Dr. Mikovits, who is research director at the Whittemore Peterson Institute in Reno, a nonprofit center created by the parents of a woman who has a severe case of the syndrome. Her co-authors include scientists from the National Cancer Institute and the Cleveland Clinic.

Dr. Mikovits said she and her colleagues were drawing up plans to test antiretroviral drugs — some of the same ones used to treat HIV infection — to see whether they could help patients with chronic fatigue. If the drugs work, that will help prove that the virus is causing the illness. She said patients and doctors should wait for the studies to be finished before trying the drugs.

Dr. William Schaffner, an infectious disease expert at Vanderbilt University, said the discovery was exciting and made sense.

“My first reaction is, ‘At last,’ ” Dr. Schaffner said. “In interacting with patients with chronic fatigue syndrome, you get the distinct impression that there’s got to be something there.”

He said the illness is intensely frustrating to doctors because it is not understood, there is no effective treatment and many patients are sick for a long time.

He added, “This is going to create an avalanche of subsequent studies.”

Le Monde: Un lien entre un virus et la "fatigue chronique

Compte rendu
Un lien entre un virus et la "fatigue chronique"
LE MONDE | 09.10.09 | 15h18 • Mis à jour le 09.10.09 | 15h18

a tentation était forte d'en faire une "fausse maladie". Une invention de laboratoires pharmaceutiques toujours prêts à sacrifier au "disease mongering", exercice de marketing scientifique consistant à formaliser sous un nom médical - pour y proposer un remède - un ensemble de troubles vagues, sans cause organique identifiée.


Le syndrome de fatigue chronique était de ces suspects : sans étiologie connue, il associe une grande lassitude physique à des douleurs articulaires, des troubles de la mémoire et du sommeil, des irritations de la gorge, etc. Le soupçon est-il levé ? Des chercheurs américains dirigés par Vincent Lombardi (Whittemore Peterson Institute, Nevada) et Francis Ruscetti (National Cancer Institute à Frederick, Maryland) viennent en tout cas d'établir un lien très étroit entre cette pathologie et un rétrovirus infectieux.

Leurs travaux, publiés vendredi 9 octobre dans la revue Science, ont consisté à analyser les échantillons sanguins d'un groupe constitué de 218 individus sains, puis d'un autre de 101 personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique. Résultat : le rétrovirus XMRV (Xenotropic MLV - Related Virus) a été retrouvé dans 67 % des échantillons sanguins prélevés sur les personnes souffrant de la maladie en question. Et chez seulement 3,7 % des individus ne se plaignant d'aucun trouble.

Le XMRV est la version "humaine" du MLV (Murine Leukemia Virus), un rétrovirus responsable de leucémie chez la souris. "Le XMRV a été mis en évidence dès 2006 dans certaines tumeurs de la prostate, explique le virologue Thierry Heidmann (Institut Gustave-Roussy, CNRS, université Paris-XI), spécialiste du monde rétroviral. Il s'ajoute aux deux autres rétrovirus infectieux humains connus, le VIH, responsable du sida, et le HTLV (Human T-cell Leukemia/lymphoma virus), responsable de certaines leucémies."

Pour autant, si les chercheurs disent avoir découvert "une association hautement significative" entre le XMRV et le syndrome de fatigue chronique, ils n'en sont pas moins très prudents sur les conclusions à en tirer.

"Nos observations soulèvent plusieurs questions importantes", écrivent-ils. En particulier celle de savoir si c'est le virus qui déclenche (ou co-déclenche) le syndrome. Ou si, au contraire, c'est l'état de faiblesse induit par le syndrome chez les individus - d'où l'affaiblissement de leur immunité - qui suscite ou permet la présence du XMRV...

Qui est l'oeuf, qui est la poule ? "Aujourd'hui on l'ignore, tant pour certains cancers de la prostate que pour ce syndrome", dit M. Heidmann, qui ajoute que c'est désormais à l'épidémiologie de prendre le relais pour contribuer à trancher la question. Ce qui sera très ardu pour la "fatigue chronique". Car en poser le diagnostic de manière univoque semble difficile.


Stéphane Foucart

vendredi 9 octobre 2009

Barack Obama gagne le Prix Nobel de la paix



Continue to inspire us, continue to give us hope, continue to make peace among all nations. Félicitations à Barack Obama, lauréat du Prix Nobel de la paix 2009!

Aube (with translation)

par Arthur Rimbaud, poème en prose de "Illuminations",
écrit entre 1873 et 1875

Photos de l'aube par Moineau, ce matin à Vauvenargues, Provence

 



Rimbaud est né le 20 octobre,1854, et il est mort le 11 novembre, 1891,
à 37 ans. Il a écrit tous ses poèmes entre les ages de 15 et 20 ans.

AUBE
(English translation below)

J'ai embrassé l'aube d'été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombre ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.




La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.




Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.

En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.




Au réveil il était midi.



DAWN
(Translation by Moineau)

I have embraced the dawn of summer.

Nothing yet moved in the palace façades. The water had died. The camps of shadow did not leave the wooden path. I have walked, awakening warm and lively breaths, and the gemstones watched, and wings rose up without a sound.

The first order of business was, on the trail already filled with pale and cool light fragments, a flower that told me its name.

I laughed at the golden waterfall that frenzied itself across the fir trees: at the silvered chime I recognized the goddess.

So I raised one by one the veils. In the alley, agitating my arms. In the plain, where I denounced her at the cock crow. In the city she fled among the bell towers and domes, and running like a poor man on the platforms of marble, I chased her.

At the road's summit, near a laurel wood, I enclosed her with her amassed veils, and I smelled a little her immense body. Dawn and child fell at the bottom of the woods.

Upon waking, it was noon.

mercredi 7 octobre 2009

en rencontrant georges

photo de Georges Flayols, Aix-en-Provence


rencontrer un ami
à la méjanes par hazard
quel bonheur pour l'âme!
son visage heureux
et beau
il est au soleil
sous une ombrelle
buvant un petit café noir
avec d'autres
et puis il vous voit
il y a un échange
le petit partage
de rires et de blagues
et voilà, on se sent mieux
on continue sa journée
le cœur ouvert
sans réserve car
les gens sont bons, non?
grâce à leurs cœurs et
rien d'autre


mardi 6 octobre 2009

Mall of Dreams (Spoken Word)






















Like "What Comes This Way", this was one of those poems that wrote itself. If I remember correctly, I walked into my bedroom one night, sat on the bed, wrote this in 10 minutes, then came out and shared it with Ron.

For the song version, Ron decided to accompany me on a second guitar, and I was simply amazed. This man can pick up almost any instrument and make it shine! I love what he has done here, providing a full compliment of emotion, sound, body and soul to the text. Thank you, darling!

See all our songs on Soundclick!
www.soundclick.com/PetitMoineau

samedi 3 octobre 2009

Goût de citron

pour A.B.

un goût de citron sur la langue
un café crème juste à côté
entourée des gens qui
s'aiment au soleil dans
les derniers jours de l'été
c'est le 1er octobre
les nuits ont de plus en plus froid
on cherche sa veste au crépuscule
on est souvent seul
on se sent quelques manques dedans
mais parmi cette foule
qui touche, qui s'embrasse
qui mange les plats de midi
j'entends ta musique qui
coule dans mes oreilles et
j'arrive à être encore humaine
une parmi plusieurs
pendant que leurs voix percent
ces casques, leurs chuchotements
leurs mots de rien
et je peux voir par les instants
ce lien entre les morts
et les vivants
toi enterré dans le père à paris
moi à aix sous un ombrelle
le cours mirabeau
restaurant "belle époque"
et je dis, oui, c'est vrai!
tout est beau au soleil
et j'espère que tu te chauffes
même un petit peu
dans la chaleur de notre amour
même absent ces sept mois
trop longs
et toutes ces larmes
et ta voix entre les casques
les paroles de ton ami jean
toujours sur la langue
ton goût de citron, mon amour
et devant mes yeux tes yeux tendres
les dernières nuits de décembre
quand tu as chanté ton bel adieu