samedi 26 septembre 2009

Picasso à Vauvenargues

















(1959-1965)

Voulez-vous m'accompagner
à l'exposition de Picasso
ce qu'il a fait à Vauvenargues
pour Aix-en-Provence enfin
cette grande expo qui
attirait tant de monde
mais en ce temps-là, il a fait
seulement pour lui-même?

Le grand égo, maître
de la brosse, du cubisme
et des belles femmes en brisures
au miroir, au balcon ou divan
L'espagnol avec
une âme aussi grande
que les cieux
qu'il doit avoir un château
pour regarder ses
tableaux et ses collections
pour respirer un peu
et puis tenter encore de peindre

Il doit avoir les champs et
le silence de Vauvenargues
car la Côte d'Azur a fait
de lui un monstre
et il doit se détendre
doit s'arrêter de
telles images
devant ses yeux
qui l'ont fait dur
il doit oublier
ces foules qui l'ont suivi
de Paris, de Nice
il doit devenir le paysan
de ses racines
homme des champs
il doit marcher
dans cette montagne
Sainte-Victoire
"la vraie" qu'il a dit
de son frère Cézanne
pas à petit pas, le pied
sur les pierres chaudes
il doit sécher
dans cet air
il doit s'éloigner
jusqu'aux étoiles
dans ce grand ciel sombre
sans les lumières
de la ville
qui cachent tout
qui débordent le silence
dont il a besoin
pour penser, pour peindre

Enfin il se trouve
homme simple
homme de la maison
homme amoureux
de jacqueline
même maitrisé
et il a tout fait
pour pouvoir retrouver
la géometrie et les lignes
et les couleurs foncées
d'un chien bien aimé
devant le buffet Henri II
d'une femme en bleu sombre
d'une enfant avec une fleur
de son village d'adoption
et ses figures paysannes
qu'il doit peindre
parce qu'elles sont liberées
au fond
à Vauvenargues



3 commentaires:

Stirling Davenport a dit…

Now I'm beginning to think French is your first language, my friend. This poem dances along the Seine like a woman doing the Mambo.

Jan Hersh a dit…

Go on, continue to express what is the essence of la vie au payees chez toi. Tu verais que rien se passe comme tu as devine.

Moineau En France a dit…

o mon dieu, sous le grand oeil du soleil de ce dimanche, je vous remercie, mes amis. tu as raison, jan... rien n'est comme avant. je vais essayer de m'exprimer... comme tu l'as dit. xoxoxoox