lundi 29 novembre 2010

Tous


Angst par Edvard Munch


combien faut-il payer
pour ce blouson de soie
couvert de roses noires
supermarché oriental
splendeur bouddhistique
ce domaine impénétrable
sans visage en avant ou derrière
seulement ces os blanchâtres

combien faut-il payer
dans cet âge sans rives
sans lignes sans territoires
sans blousons africanos
asiatiques americanos indiens
sans demeure au soir
une maison pour appeler le vôtre
pour détendre ici et là

je ne garde pas mes pensées
je pense sans arrêt sorcière
bande son en rond vous savez
les adolescents et
leurs plats du jour
vous en souvenez-vous
je me souviens des miens

dans votre chaise orange
la reine de tout le monde
ou c'est ce que vous avez pensé
je peux vous dessiner un village
mais voyez vous ne l'aimez pas
je vous assure
la marque de tout mal connaissant
mal connaissant

pas d'excès pas d'excuse
pour vos massacres de damas
pas besoin pour le sang
qui coule entre vos doigts
mais nos fleuves coulent de rouge
c'est incroyable parce que
vous me juriez
que rien de sang
ne coulera plus jamais
sur celle notre terre maman

je ne garde pas mes pensées
je pense sans arrêt sorcière
bande son en rond vous savez
nos adolescents et leurs disques
plats du jour
Vous en souvenez-vous
je me souviens des miens

vous nous avez menti
c'était vrai c'était faux
mais c'etait notre ignorance
n'est-pas?
mes pères mes mères
mes sœurs et mes frères
mes militaires
nous sommes tous les meutriers
tous les voyageurs
et chacun seul à jamais
nous sommes ni dieux ni déesses
soyez reveillés
soyez reveillés
soyez reveillés
...tous

2 commentaires:

Anonyme a dit…

combien faut-il payer
pour ce blouson de soie
couvert de roses noires
supermarché oriental
splendeur bouddhistique
ce domaine impénétrable
sans visage en avant ou derrière
seulement ces os blanchâtres


combien faut-il payer
dans cet âge sans rives
sans lignes sans territoires
sans blousons africanos
asiatiques americanos indiens
sans demeure au soir
une maison pour appeler le vôtre
pour détendre ici et là


je ne garde pas mes pensées
je pense sans arrêt sorcière
bande son en rond vous savez
les adolescents et
leurs plats du jour
vous en souvenez-vous
je me souviens des miens


dans votre chaise orange
la reine de tout le monde
ou c'est ce que vous avez pensé
je peux vous dessiner un village
mais voyez-vous vous ne l'aimez pas
je vous assure
la marque de tout mal connaissant
mal connaissant


pas d'excès pas d'excuse
pour vos massacres de damas
pas besoin pour le sang
qui coule entre vos doigts
mais nos fleuves coulent de rouge
c'est incroyable parce que
vous me juriez
que rien de sang
ne coulera plus jamais
sur celle notre terre maman


je ne garde pas mes pensées
je pense sans arrêt sorcière
bande son en rond vous savez
nos adolescents et leurs disques
plats du jour
vous en souvenez-vous
je me souviens des miens


vous nous avez menti
c'était vrai c'était faux
mais c'etait notre ignorance
n'est-pas?
mes pères mes mères
mes sœurs et mes frères
mes militaires
nous sommes tous les meutriers
tous les voyageurs
et chacun seul à jamais
nous sommes ni dieux ni déesses
soyez reveillés
soyez reveillés
soyez reveillés
tous

Quelques petites corrections mais il y a des phrases dont je n'ai pas saisi le sens..
Bisous, Anne

Moineau En France a dit…

ann, c'était si gentil de toi! j'ai vraiment besoin d'un éditeur/éditrice pour les poèmes en français. et je pourrais te payer quelque chose... tu as la touche que j'ai cherché partout, légère et sensible! merci encore. xoxoxoox