jeudi 31 décembre 2009

little worlds


Vieille Dame au marché. Marseille, 11/09. By moineau. (Click to enlarge.)

my little world of pain and beauty
accurate words for a poem
yet false notes in a throat
in two languages or in tongues
unspoken, choked, or broken

little world of the beloved
who pleases, who makes music
for the fat lazy queen
half dead on her flower bed
drowning in honeyed tea

lost sons and lovers
who descend or do not descend
with or without kisses
i do not attend: i am sending
love signals on transparent wings

this little world of energy
thought, neuron, heart
experienced through the
velvet glove of lust and fear
the end flashing like neon

this world far away where
a woman bathes her children
with tears, feeds them rock soup
buries them in sackcloth
while pulling out her hair

this burning world alive
where bully rockets smoke out
terrorists, miss their targets
propigate gangling workers
and sex up invading empires

and as the world bleeds
we cleanse and cauterize it
with a media whose tongues
mix pig slop with caviar
and call it plat du jour

worlds in worlds out
unfurling flags and anthems
bee songs all, all a day and
no more, each with vapid strophes
and wings so fast, they are invisible

i in this little world
a deathbed with hope strings
storyboards and heavy quilts
i sweat from head to foot
i sleep, dream, weep and wail

one world away from disaster
one away from orgasm and creation
i might need a god if not for poems
my dreamy eyes half closed
my ears plugged with seamless notes

New Year's Eve, 12/31/09

mardi 29 décembre 2009

la vieille dame perdue



photo by moineau

elle doit déranger
tout le monde
elle le doit
doit demander à
chacun qui monte sur
l'autobus car
elle est vulnerable
elle n'est pas d'ici
vieille dame avec
des vieux vêtements
les vêtements de tous les jours
ses pantalons une fois blancs
qui s'arrêtent aux genous
jaunis avec le temps
avec la poussière de la vie
son petit chemisier de rose
on dirait t-shirt
coupé un peu trop court
et son sac noir et rouge
qu'elle ouvre et rouvre
pour chercher quelque chose
des papiers, son billet
peut-être une carte pliée
je ne sais rien
mais elle presse sa vieille main
sur mon bra
"Dites-moi, c'est quelle rue?"
mais je ne sait pas
je suis étrangère comme elle
et avec leurs détours de
regarde, je pense que les autres
ne sont pas d'ici non plus

l'autobus continue à
couler sur les rues urbaines
quelquefois sur les pavés
vite entre les arrêts
les arrêts qu'on ne connaît pas
et avec chaque coup de frein
je me sens encore pire
nausée et faible et trop habillée
la vieille dame arrête le
prochain voyageur qui monte
"est-ce Les Deux Frères?"
elle demande mais
on ne sais rien, on l'ignore
l'homme evidamment gené
il ne veut pas de
cette vieille dame
folle dans sa misère
qui a la voix à la hauteur
qui cherche les rues
aux yeux plissés
peut-être un peu aveugle
je ne sais pas
peut-être juste fatiguée
se tait, sécouant la tête
puis recommence sa chasse
coincée contre une jeune
femme qui vient d'entrer
la peau brune, la tête couverte
qui ne parle pas bien français
elle est comme la folle
mais pas perdue
elle connaît bien la route
et elle peut parler arabe
avec la vieille dame
mais la vieille n'écoute plus
elle doit continuer à déranger
tout le monde qui a monté
et elle demande à une autre
"Les Deux Frères?"
moi je ne veux pas être
aussi perdue que cette dame
mais je pourrais hausser mes épaules
je pourrais appeler un taxi
si c'était nécessaire
l'autobus continue à rouler
sans jamais qu'elle ne sache
où nous allons

lundi 28 décembre 2009

your great body


for a.b. (again)

i'm losing myself in your body
drowning in your metaphors, your verbs
watching your maiden voyage, then
as you disappear over the horizon
breaching the waves one last time
you become whale in southern waters
your mating songs deepen your voice
cows and calves swim about you
holding fast to your radar

then it's off the screen, it's gone
only the great swollen body floats
on these frozen seas of the north
where i sit, lost to everything
but your memory
resigned to my will to preserve
the living part of you
every limb you left to us
to save us from drowning

dimanche 27 décembre 2009

kiki et minou





minou sous l'ordi
kiki face au parquet
minou bien caché
les yeux de kiki
rouges et gonflés
les pauvres petites bêtes
chacune dans son bulle
petit fils et chat
face à face
pour faire la chasse

mais nous voudrons
un peu d'ordre
du confort du silence
kiki avec son long bâton
trouvé dans le désordre
qui est ma chambre
minou si coincé
elle devient hérisson
et nous les grands
nous crions comme
pour la vingtième fois:
arête-toi de taquiner
ce pauvre!
regarde tes mains!
vois, ne touche rien
car il va te faire mal!
souviens-toi des autres fois?
mais kiki n'écoute pas
et minou se cache encore

des poils des poils
sur noir sur vert
dans l'ombre d'une chaise
parterre, dans l'air
dans la casserole
sur tous les vêtements
ou dans le grand lit
au deuxième étage
où kiki dort ou ne dort pas
à cause des poils poisons
à cause des toux
des ah-choo!
o petit fils du matin
avec ton nez plein
d'allergènes!
poussiere et poil
partout chez moi
car je suis malade
et un peu parasseusse
et j'aime mon minou
quoi dire, mon pote?

mon dieu chaque fête
qu'ils frappent sur la porte
même histoire de mal
mêmes médicaments
des médicaments qui
ne marche pas de tout
antihistaminique et
lui somnolent le gosse
et maintenant les gouttes
pour ses yeux
moi le cochon pendu
victime modèle
promettre mais ne pas
convaincre le corps
les yeux gonflent
et démangent encore

tôt ils s'en vont
les bons parents
car rien ne marche
et la chasse recommence
et les petits poils ont
reglé le jeu
de kiki et minou
donc au revoir
chers paul et vengie
et ptit fils kiki, à bientôt
chez toi

vendredi 25 décembre 2009

Merry Christmas / Bashung Translation Site



Merry Christmas to all my friends and readers! I hope you are having a lovely holiday with family and friends, however and whatever you celebrate.

My gift to my readers is the launch of a new Alain Bashung translation site, in which I will translate all the works of Bashung from the last song on the last cd to the very first song on the first cd. My goal is to bring new fans to the incomparable world of Alain Bashung, a world that has until now been limited to the music for those who do not speak French. Yet the words are so beautiful!

Please visit my new site, hear the first (last) song, and read the words in English while comparing them with the French. This will be a long term project, but I do hope to do several translations every week and be finished by the end of 2010.

Vive Bashung! Vive his friends and collaborators! Vive la chanson française! xoxooxoxoxoxo

Bashung in English
http://bashung-in-english.blogspot.com

mercredi 23 décembre 2009

Paintings from Provence

A couple of watercolors I painted in my atelier in Vauvenargues, Provence. Click to enlarge.


Son Dernier Crepuscule / His Last Twilight


Vauvenargues


dimanche 20 décembre 2009

lucid dreaming


 


(1)
it's deadline day
crunch time, 11th hour

don't fret, patronne
i have a list right

here in my palm
i've written it up

itemized each step
so i don't forget the

gist of the important
nor the parentheticals

summed up and spent
fiscally perfect

and not just one but
two proposals for

the same pot of gold
two more brilliant thoughts

from the blast furnace
of this perfected throat

yes, more than a list
the minutia written in my head

with maps and charts to
illustrate the idiot words

those phone calls
i always put off but

the numbers firmly fixed at
the ends of the neurotransmitters


(2)
i wake up in a sweat
i missed the train
took the wrong bus

met up with an indian couple
whom i worked with long ago
and they suggested the

tandoori chicken and dal
at the resto taj mahal
where the bus drops me off

but there's no time to eat
with this looming deadline
and this last night to do it in

and why do i put everything off
until the night before
again and again and again

as if i'm dead inside
as if i can accomplish nothing with
my god-given talent?

oh why am i such a fool?
how do i get lost in a city i've lived in
all my life and for the thousandth time?

walk and walk until i come upon
a bus stop filled with
conversing workers

every make and class and race
some punching tickets in a blue box
but the damn thing won't take my money

they each put on a yellow hard hat
and cross the torn-up road
as the break whistle blows

oh it's not a bus stop at all!
and i think i must call home on my
worthless piece-of-shit cell phone

my grandson answers with babytalk
daddy's not home, a woman
with a german accent picks up

i stroll down the highway
under overpasses into a spate of
luxury hotels


(3)
"quel est le pourcentage?
qu'est-ce que vous pensez?"
i look up at the sky
these africans think it's gonna rain
and they're right of course
testing me in french

a waitress appears
in a tight pink dress
she runs down the menu
in rapid français
"whatever you want
n'importe quoi sauf les boissons"

grace à dieu
i know this woman!
she's the lesbian lover
of la patronne
and she says she'll
save my ass
as she gives me her cell phone

i roll into a booth
as an asian man shouts
"je suis là!" holding his penis
whoops it's the men's room
the ladies' is across the hall
with its long line of empty pails

but her damn phone doesn't work
i'm walking in the pouring rain
when a turbaned man in a hotel van
stops to pick me up, opens the door
drives me far from my pink savior
into a deadzone of unfinished buildings


(4)
"i can change, i swear"
said bob dylan
and he went from folk
to garage band
and never looked back

i'm good at that
my sweat dries fast
i love to guess the
end of movies but
i hate the end of dreams


photo from "a snake in june"
 

jeudi 17 décembre 2009

jean fauque en concert à paris

cliquer sur l'affiche pour enlargir.

Jean Fauque était le co-conspirateur, poète et ami d'Alain Bashung depuis "Chatterton". j'ai voyagé à Paris en octobre pour le voir à la Sorbonne et je suis triste d'avoir le manquer cette fois car il sera accompagné par son pianiste d'exception. deux concerts comme des ultimes cadeaux de noël. allez profiter.







mercredi 16 décembre 2009

Alain Bashung - L'Apiculteur





L'Apiculteur
Alain Bashung/Jean Fauque
(Chatteron, 1994)

D'heure en heure
L'apiculteur se meurt
Il a eu son heure
Il a fait son beurre
Api apiculteur
D'heure en heure
L'apiculteur effleure
La fin du labeur
Api apiculteur
Dans une autre vie
Les marguerites s'effeuillent au ralenti
Personne n'est vainqueur
Les proies les prédateurs
Savourent le nectar
D'une pomme d'api
Api apiculteur
L'heure c'est l'heure
On n'est pas d'humeur
A verser des pleurs
Fières sont les ouvrières
Le jour en tailleur
Le soir en guêpière
Quand la mort vous susurre
Des serments veloutés
Que rien n'est moins sûr
N'aura plus d'importance
Ni ta chaleur
Ni les piqûres
Api apiculteur
Api apiculteur
D'heure en heure
L'apiculteur se meurt
Trouve l'interrupteur
Une oasis
Aux allées bordées d'épagneuls
Que la splendeur n'effraie plus
Api apiculteur
Api apiculteur
Api apiculteur
Api


la musique et la mort




je suis perdue encore
dans la grammaire folle
de la musique et la mort

les anciens amants
les revenants qui chantent
une musique qui décale

qui entrent dans l'oreille
remplissant le corps
avec leurs fausses notes

qui brossent nos lèvres
avec des baisers froids
à nous faire fondre

mais cette manque de prédicat
me confond, plus d'objet, plus de
verbe, que de noms comme

maladresse, malchance
maladie, malfaissance
malaxeur, mon amour

tous les amants trop à conter
tous les noms et leurs accords
qui nous entament

ils sifflent et ils chantent
jusqu'au jour où
nous deviendrons sourds

lundi 7 décembre 2009

Dernier jour, pensées finales



Tableau: Quatre Arbres, Egon Schiele

il faut penser à la fin du séjour
pourquoi je vais en france
pourquoi je fais l'effort
sans assez d'argent
sans la santé
sans toi, mon homme
pour passer un temps
dans cette solitude

est-ce pour la langue enfin
quelques nouvelles phrases
plusieurs mauvais poèmes
un vocabulaire élargit
la liaison faite entre les dents?

est-ce pour les images
une photographe des nuages
les tableaux de schiele ou cézanne
une femme allongée sur le lit
ou une rue bordée de brébis?

est-ce pour l'amitié
que j'ai trouvé sans doute?
mais tous ont leur vies
qu'ils doivent suivre jusqu'au bout
et je le comprends car
c'est moi qui ne travaille plus
moi qui ai de la chance
moi qui dois mourir chaque jour
mes petits pas sur les pierres dures

est-ce pour trouver une vraie culture
une ancienne histoire d'art, de plats
de musique et de sentiments
de lutte humaine, enfin la famille
qui s'aime, qui se plaigne, qui se soigne?

est-ce pour jouer le clown
pour me sentir mal dans ma peau
pour me tromper sur les mêmes mots
jour après mauvais jour et puis
me cacher dans ma petite chambre
enfin pour sortir et essayer encore?

est-ce pour bashung
gainsbourg, piaf
tous les artistes que j'adore
qui ne vivent plus?
est-ce pour eux que je fais
un voyage si long et tortueux
qui me brise le corps, le cœur?

est-ce pour manger
ce dernier crêpe devant moi
manger ton goût de citron, mon amour
boire un autre crême
fumer une dernière cigarette
pendant que j'écris ce dernier poème
repasser sur un passé de larmes
une dernière tournée d'automne
les arbres dénudés, la lumiere qui s'en va
et hop - un dernier au revoir?

je vais te retrouver
dans ton art, ta musique
dans tes plats que je
vais cuisiner chez moi
dans ta langue que
je parle à ma propre façon
avec toutes mes fautes
mais dans la recherche
je ferais n'importe quoi
pour trouver le mot juste


dimanche 6 décembre 2009

Resnais' 1963 "Muriel ou Le Temps de Retour"

je viens de regarder deux fois ce film (sans sous-titres). Filmé à Boulogne-sur-mer, c'est une histoire qui mélange les thèmes de la recherche du passé, du mémoire et de la guerre algérienne. Mais chaque personnage a ses propres phantômes. Faut voir!



je vais rester moineau



pour Rosanna

je vais rester moineau
même si tu t'en moques de moi, même si tu me manges
même si je suis seule et loin de chez moi
si la terre est ronde, si je perds mon chemin
je n'aurai peur de rien, ni la mort ni l'amour
car j'aurai le vent pour me porter ailleurs
ici et là depuis le début du monde
comme tous les oiseaux, les petits et les grands


il va me porter légèrement vers mon amour

qui ne sera pas méchant, qui m'apportera du bonheur
où je pourrai dormir dans son berceau de calme
où le temps n'existera plus ni les faux deadlines
qui travaillent péniblement l'âme à la faim
sans rien prétendre, sans rien avoir
seulement le silence et toi à la fin


je ne veux que la paix d'un long dimanche

où je pourrai me réveiller plusieurs fois tard
sans honte, sans excuse, juste pour la joie
mon église sera les champs, l'herbe et l'arbre
avec un nid, un œuf, un rayon du soleil
pour ces os fragiles et mes ailes brisées
pendant que je vieillis, pendant que je me tais
une place pour mes pieds et les choses à manger
et mon amour pour m'écouter chanter
et les oiseaux qui chantent leur belle liberté


Photo de Wikipédia

jeudi 3 décembre 2009

L'Homme à tête de chou

Pour un spectacle de danse, choreographie de Jean-Claude Gallotta, Alain Bashung a interpreté cette folle histoire d'amour de Serge Gainsbourg. Comme narrateur, la chaise d'Alain sur scène doit rester vide, mais sa voix! On prie pour un cd...











Je suis l'homme à tête de chou
Moitié légume moitié mec
Pour les beaux yeux de Marilou
Je suis allé porter au clou
Ma Remington et puis mon break
J'étais à fond de cale à bout
De nerfs, j'avais plus un kopeck
Du jour où je me mis avec
Elle je perdis à peu près tout,
Mon job à la feuille de chou
A scandales qui me donnait le bifteck
J'étais fini foutu échec
Et mat au yeux de Marilou
Qui me traitait comme un blanc-bec
Et me rendait moitié coucou.
Ah non tu peux pas savoir mec
Il lui fallait des discothèques
Et bouffer au Kangourou
Club alors je signais des chèques
Sans provision j'étais fou fou
A la fin j'y fis le caillou
Comme un melon une pastèque
Mais comment-Je ne vais pas du tout
Déballer comme ça aussi sec
Quoi? Moi? L'aimer encore? Des clous.
Qui et où suis-je? Chou ici ou
Dans la blanche écume varech
Sur la plage de Malibu



update 7/11/09: j'ai lu qu'ils vont sortir le cd avec bashung en mars, 2010. bon! je suis soulagée.

update 12/01/10: 2011. can't wait!

Catalog of a Rainy Day in December



i awake in a mound of cotton
quilt and brain tied in
in a fabric knot
my mouth dry and ascerbic
and the sound of raindrops
beating the tile roof
droplets converging into
one sound, one contiguous thought
i am leaving soon
there is no turning back

the mountains are still standing
but leaves that once covered
branches are now gone
rainwater washes down gutters
and puddles under arches
and dampens my dry eyes as
I sit up to think
but thinking is not an option
when the day is fraught with water
and i with no tears to greet it

the once eternally blue sky
is gray-white and startling
i sit in the cotton void and
listen, surprised by birdsong
and the catalog of nonthought
that forms a large ellipse
in the center of this bed
and i at its edge, as so often
a figment of my own nonthought
disfigured like my blurry photographs

there is no hearth in which to
light a fire and burn away
the aftersense of ruinous dreams
there is no chimney to catch
the rising cottonous smoke of cigarettes
that carries me across boundaries
there is no stove on which
to make espresso, heat the
cereals of human evolution or
warm the chicken soup of the soul

but there is water to
plump the flaking skin
water to fill the crevices
of failure, water flowing
water breaking, water without
rhyme or reason, and if i
had to chose but one element
for food, it would be water
because water is memory
its fluid body rippling in time

what i had then i have now

i need not think about it
let the cotton coverlet
fold again over eyes and lips
let me sleep in this soundfield
fade into nothingness or
into the ridicule of dreams
let this day stand in infamy
when rains flooded the earth
and drowned the foes of god

it is naught for nothing
that melancholy comes
with raindrops














lundi 30 novembre 2009

in my sickroom

putting a face on me-cfs and fibromyalgia











dimanche 29 novembre 2009

the path of least resistance

a trite attempt at symbiosis

enter in, don't think, don't hesitate, close your eyes if you must to blot out the glut of infomatique, the stab of dissatisfaction in the heart of hearts, do whatever it takes today to write a poem, the sky is all gray, wipe that silly smile off your face, this isn't funny, it's too sad to think that i'm living in this glass palace at the foot of cezannian mountains and the only thing i can think about is the pain that's in my gut, the hump of shoulder and the poker that is my eye, the whoosh-whoosh of tiny electrostatic refinements, you say you've started to lose weight, how ironic, you say that provence is where all your beauty comes from, and i'd love to respond with a rousing "mais oui, bien sûr, qui pourrait rester aveugle à la fin?" to snuggle into the positivity of it all and wrap myself up in fir trees and chimney smoke, oil paints and la vie d'artiste, read books on a linen chaise lounge in the garden in the yellowing sun of the day, bundle up my tableaux and go to the marchés to trade for a big fat agneau (not to eat but to love), but i'm allergic to happiness and the half of it, its woolly sister tragedy, silence and neutrality is what i must practice, like a monk in the forest i must never leave the path.

samedi 28 novembre 2009

petits cadeaux de la fête

i received two lovely paintings, still lifes (nature morte en français) from two gifted artists over the thanksgiving holiday that i wanted share with you. both artists are also excellent writer-poets, and you can find links to their words on their websites.


the first painting "apples revisited" is by Mary Stebbins Taitt. her marvelous art blog, "Imagik", is a veritable delight for anyone who is interested in the process of painting, of unfoldment, of feeling... and Mary shares this with her audience in the most unpretentious and authentic of ways. very eclectic themes. a must see! Imagik: Images by Mary Stebbins Taitt: http://imagik.blogspot.com/.







the second is by iraqi-assyrian-chaldion artist Paul Batou who i first met on gather.com and who later joined me at the presimulationism website. Paul uses the ancient mythology of mesopotamia and his childhood and wartime experiences in iraq to evoke some powerful large-format artworks. he lives in los angeles. The Art of Paul Batou: http://www.paulbatou.com







thanks to both my friends for these totally beautiful and inspiring works! xoxooxx

alain bashung - l'imprudence

prenez une haleine profonde et écoutez cette dernière chanson d'alain bashung de son disque "l'imprudence". vous allez vous y perdre... 10 minutes d'attente, de blues, de volonté. fermez les yeux et, oui, attendez avec lui: nous attendons tous la mort sans le savoir. xoxox


vendredi 27 novembre 2009

alain bashung - avec le temps

alain, je me reveille à 3h, tu me manques. et puis voilà un nouveau cadeau de toi. je ne peux guère croire que tu as interpreté cette chanson aussi parfaite, mais bien sür que tu l'as fait... tu es visionnaire. tu vas me manquer... à jamais, alain, jusqu'à jamais.





Avec le temps
by Léo Ferré

(translation by petit moineau with thanks to a senior member
of wordreference.com for the word "c'mon" and to 

Françoise-Claire Demay for some great tips)

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
On oublie le visage et l'on oublie la voix
One forgets the face and one forgets the voice
Le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
The heart, when it beats no more, it is not worth the pain to go on
Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien
Looking further, let it go it's way and that's very good

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
The other that one adored, that one searched in the rain
L'autre qu'on devinait au détour d'un regard
The other that one sensed in the turning away of a look
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
Between the words, between the lines and under the make-up
D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
Of a dressed-up promise that goes out to make its night
Avec le temps tout s'évanouit
With time, everything fades away

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
Même les plus chouettes souv'nirs ça t'as une de ces gueules
Even the greatest memories, you make one of these faces
A la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
At the gallery, I rummage through the lingerie of death
Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule
Saturday night when tenderness goes out all alone

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
The other which one took for a cold , for a nothing
L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
The other to whom one gave wind and jewels
Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
For whom one would have sold one's soul for a few pennies
Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
Before whom one was dragged like one drags dogs
Avec le temps, va, tout va bien
With time, c'mon, everything goes well

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
On oublie les passions et l'on oublie les voix
One forgets passions and one forgets voices
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
That told you ever softly in poor people's words
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid
Don't come home too late, especially don't get too cold

Avec le temps...
With time...
Avec le temps, va, tout s'en va
With time, c'mon, everything goes away
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
And one feels whitened like an exhausted horse
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
And one feels icy like in an accidental bed
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
And one feels all alone perhaps but snug
Et l'on se sent floué par les années perdues
And one feels cheated by the forgotten years
Alors vraiment... avec le temps... on n'aime plus
Then truly... with time... one loves no more

C'est dans l'air LIVE - Mylène Farmer



(English below)

Ils n'ont pas gâché du temps en sortant le premier clip du "N°5 on Tour", le nouveau disque de Mylène Farmer qui va sortir 7 decembre 2009, le jour avant que je quitte la France. Je vais le chercher à FNAC. Pourquoi pas? J'ai loupé mon avion de Seattle à Paris pour voir Mylène le 11 septembre, et les fans jurent que cette clip est du concert du 11ème car elle a raté la chanson le 12ème lol (son anniversaire). Alors, je vais expérience le concert quand même.

Ce qui est toujours énervant pour ron et moi sont les transitions super-rapides dans le montage; les clips ne restent jamais assez longtenmps sur ni un musicien ni les danseurs ni même mylène pour qu'on se sente de quelque chose. Un autre example du montage influencé par le MTV. (Pouah.)



They didn't waste any time in releasing the first clip of "N°5 on Tour", the new cd of Mylène Farmer that comes out December 7, 2009, the day before i leave France. I am going to look for it at FNAC. Why not? I missed my plane from Seattle to Paris to see Mylène on September 11th, and the fans swear this clip is from the concert of the 11th because she screwed up the song on the 12th lol (her birthday). So I'm going to experience the concert anyway.

What is always irritating to me and Ron are the superfast transitions in the editing; the videos never stay long enough on a musician or dancers or even Mylène so that you feel something. Another example of editing influenced by MTV. (Ugh.)





"on s'en fou, on finira au fond d'un trou" :>>((())) ouaouh! xoxooxox



mercredi 25 novembre 2009

thanksgiving: best wishes from vauvenargues


november 25, 2009
to my dear friends and readers,

with exactly two weeks left in france before i return to the united states, i would like to send you my great thanks, for your kindness, your good advice, your faithfulness in reading me, and your beautiful friendship without which this trip would not have been as profound and full of inspiration, for writing, for living.

i think about the evening celebration in the countryside where we ate, talked, loved, in memory of your friend who passed away seven years ago; the times at the sheep ranch with your daughter and her friend and their laughter and the hard work that they love; the generosity of your families, your aunts and your parents who welcomed me to your houses as if i were one of your own; the great lunches and dinners we ate together, too many to count, and the times you ate in my kitchen making "ahs" and ohs"; the long walk at bimont and our conversation about the things we love and the men and girl friends who betrayed us, as we now search for true friendship; the get-togethers in aix in the corner of the méjanes where we talked about loves of long ago, bashung who is gone and fontaine who came back, and of the paragliding you love so much, the flights from the heights of mt. sainte-victoire; moments with you in paris and marseille, the big cities in all their glory that always attract me with their beauty and culture; the dance and theater of aix which i will never forget, especially s. beckett at the theatre du jeu de paume; and even the moments of sickness where you cared for me with your voice calm and low and full of compassion...


this eve before thanksgiving, i will leave you these beautiful photos that i took last night at sunset and these thoughts that come from the bottom of my heart. thank you, my soulmates, my friends and my readers all. i feel so blessed tonight! i love you, and forever. ~your little sparrow who is crying with joy and gratitude xoxoxo




i leave my bedroom after a day in bed, sweating from sickness and weakness...




and all of sudden, it's sunset that takes up all the space in my eye. i grab my camera, thirsty for some beauty.






and as suddenly, clouds...




and clouds...




and clouds everywhere!




i spot my neighbor's cat who is spying on me, trying to make herself a part of the grass in order to hide herself. she can't do it: she has big eyes and is all black.





i call to her, "kitty, kitty," and she comes towards me for the first time in three months, greeting me. together we enter the fields, searching for the best views. we wait a long time in silence. then they explode in front of us...










the sky in the east, above the mountains, carries clouds more beautiful than i have ever seen.. perhaps you, kitty, you have seen them before... but each moment is completely different, isn't it?








and then the moon, the last light of the sunset, and the darkness that comes.




















the playful cat flees with another burst of light in the sky.













and then everything becomes dark.






my hands are too cold; i decide to return to my bedroom. on the path, i see that you are still at work in your studio where you paint your landscapes right through to abstraction. i have a great feeling of peace inside of me, and i send you a good night kiss.




in my bedroom, i lie upon my unmade bed and begin to dream of everything that i have seen at sunset..