vendredi 3 juillet 2015

Trop de généraux


Le monde n'a pas de loi équitable
Le monde n'a pas de loi toute humaine
Il y a ceux qui ont et pas par chance
Il y a ceux qui n'ont pas dans la balance

Nous essayons d'être vus desaparecidos
Nous crions dans le centre tout au mundo
Cet homme-là a un nom très célèbre
Il peut parler avec tous ces généraux

A ma télévision
Trop de généraux
Trop de ces cruels
Trop de guerriers

Nous ne voulons pas nous avalons
Nous ne voulons pas de la guerre
Nous réspirons la même air
La couleur des oranges sanguines

Mais ma gorge souvent trop silencieuse
Dans la peur de trop généraux
Je veux être libre de parler et de chanter
En face la guerre sans visage

J'avale la paix comme l'eau de vie
J'avale la paix et je prie
Je n'ai jamais prié comme aujourd'hui
Dans ce temps de guerre perpetuelle

Il a un nom très célèbre
et puis ces pas-de-quoi dans les rues
qui n'ont ni nom ni visage ni demeure
seulement un veston de printemps

Ces pas-de-quoi c'est nous nos frères
Et nos sœurs tous prisonniers
Pendus entre toutes ces guerres
Qui sera le prochain?

(poème écrit en 2003)


Aucun commentaire: